Association des Travailleurs Maghrébins de France
10 rue Affre - 75018 Paris
01 42 55 91 82 national@atmf.org

By

PROTÉGER LES PERSONNES NON LES FRONTIÈRES

 

RENDEZ-VOUS le MERCREDI 18 AVRIL 2018 A 14H15 DEVANT LE PARLEMENT EUROPÉEN

Le 18 avril 2018 les députés du Parlement Européens ont discuté puis voté sur le pacte mondial des réfugiés préparé par l’ONU, pacte qui devrait être adopté en décembre 2018.

C’est la première fois qu’au niveau mondial un tel pacte est proposé !

Depuis plus de 30 années et malgré les valeurs qu’elle affirme, l’Europe se construit , indifférente aux plus de 40 000 personnes mortes ou disparues à ses frontières.

De l’autre côté de la Méditerranée, un pêcheur, Chamesddine Marzoug, rend leur dignité aux cadavres échoués sur les plages.

Avec cet homme nous voulons interpeller nos Parlementaires sur les politiques de refoulement indignes, irresponsables et cyniques que l’Union Européenne met en œuvre en notre nom.

« PROTEGER LES PERSONNES NON LES FRONTIERES »

————————————————–
Evénement facebook :
https://www.facebook.com/events/611781409167669/?active_tab=about

————————————————–
Communiqué de presse 18 avril 2018

COLLECTIF POUR UNE AUTRE POLITIQUE MIGRATOIRE

PROTEGER LES PERSONNES NON LES FRONTIERES

Les députés du parlement européen votent ce jour sur le pacte mondial des réfugiés ; le collectif pour une autre politique migratoire

Dénonce :

– La mort ou la disparition en l’espace de 30 ans de près de 40 000 personnes aux frontières de l’Europe ; elles fuyaient les guerres, les dictatures, la corruption ; 2016 aura été une année particulièrement meurtrière (6400 personnes mortes ou disparues) et ces migrations ne sont pas prêtes de s’arrêter.

– Une situation qui est la conséquence de la politique migratoire européenne qui n’a pas mis en place des voies migratoires légales et qui confie (externalise) le contrôle de ses frontières à des pays tiers comme le Niger, la Libye, la Turquie , le Maroc afin que ces derniers moyennant finances stoppent les exilés en les confinant dans des camps au mépris des droits (humains) les obligeant à prendre des routes plus périlleuses et coûteuses.

– Les nombreux dispositifs qui trient, confinent, discriminent et bafouent les droits des exilés que ce soient les hotspots (en Italie et en Grèce), les camps, les bidonvilles, les jungles, les centres de rétention, les CAO et l’ensemble des procédures ou règlements existants (dont règlement Dublin). Tout est fait pour que les exilés ne restent pas et ne soient pas « visibles ».

Demande :

– Le respect du droit international et des droits humains

– La création de routes sûres et légales par l’Union Européenne.

– L’abandon de la proposition du règlement Dublin IV et une refonte du règlement Dublin avec une répartition réellement efficace et solidaire des demandeurs d’asile entre les États membres de l’Union européenne et les États associés

– La mise en place d’une véritable politique d’accueil soutenue par une volonté politique

– La ratification de la convention internationale de protection des travailleurs migrants et de leur famille

– La défense de la solidarité comme valeur fondamentale

——————————————————-
ACAT, ALARMPHONE, Atmf Section du Bas-Rhin, CASAS, CCFD-TS 67, CIMADE, Europe Cameroun Solidarité, AWA, F3M, LDH 67, Makers for Change, Médecins du Monde, Migrations Santé Alsace, MRAP, OXFAM, Pastorale des Migrants, Vie Nouvelle et quelques individuels