Association des Travailleurs Maghrébins de France
10 rue Affre - 75018 Paris
01 42 55 91 82 national@atmf.org

By

Urgence : rapatriement des Marocains bloqués en France

Lettre ouverte à l’Ambassade du Maroc en France,

En tant qu’association engagée dans la défense des droits et intérêts des Maghrébins de France ainsi que ceux des binationaux, nous nous adressons à vous, pour que des solutions urgentes soient trouvées  aux différentes situations problématiques, plongeant dans un désarroi total, des milliers de citoyens Marocains se retrouvant bloqués en France depuis le début du confinement.

Il ne nous parait pas sain de continuer à ignorer cette détresse, malgré les nombreuses manifestations des concernés, demandant l’organisation immédiate de leur rapatriement au pays. Le Maroc ne peut abandonner ainsi ses ressortissants, alors que partout dans le monde, les pays ont œuvré pour mettre en place des moyens exceptionnels assurant le retour des leurs citoyens.

Il nous parait donc que l’urgence, aujourd’hui, dévolue aux autorités marocaines est de mettre en place, sans tarder, des vols pour que soient pris en charge le rapatriement :

·  des marocains qui se sont retrouvés coincés suite à leur déplacement ponctuel en France,

·  des étudiants et des résidents en France qui souhaitent rejoindre leurs familles au Maroc,

·  des corps des défunts dont les familles désirent l’enterrement au pays.

Monsieur l’Ambassadeur, les circonstances d’exception liées au contexte de la pandémie, ne peuvent constituer une excuse à l’inaction des autorités ou à leur indifférence. Bien au contraire, ces circonstances exigent des réponses exceptionnelles en mobilisant des moyens aussi exceptionnels. Des solutions sont possibles. La seule barrière à leur mise en œuvre ne peut-être, que l’absence d’une volonté politique. Nous ne pouvons l’accepter.

Nous  portons notre voix, pour exiger la seule solution urgente  répondant à l’urgence de la situation : affréter, des avions pour assurer le rapatriement.

Paris, le 22 avril 2020

Le Bureau National de l’ATMF

 

By

Solidarité, Justice et dignité pour les Chibani-a-s

Les Chibani-a-s, les cheveux blancs, ancien-ne-s parmi les ancien-ne-s,

Source d’une sagesse née d’expériences,

A la source de ce que nous sommes, de ce qui s’est construit dans notre pays, le leur aussi,

A ce titre nous leur devons protection et égards.

L’Etat, plus encore,

Il faut agir en Urgence

 

Le scandale des EPADH, où nos anciens ont trouvé la mort par milliers, nous affecte. Nous refusons que cette tragédie soit alourdie par ces « oubliés », ces « invisibles », ceux qui ont abîmé leur santé en travaillant dur dans la sidérurgie, les mines ou le secteur automobile…, celles qui ont nettoyé jusqu’à l’usure ce que nous avons sali…Leur isolement, leur précarité de logement, de revenus, d’accès aux droits sociaux, les exposent dangereusement.

 

Depuis le début de la pandémie du covid19, de nombreuses associations, militants, travailleurs sociaux et proches des vieux migrants, les chibani-a-s, se sont mobilisés pour leur apporter de l’aide et alerter sur leurs situations et conditions. Le réseau ATMF contribue à cet effort collectif de solidarité, à travers des actions concrètes : présence sur les lieux, campagnes d’informations sur les mesures de protection et d’hygiène, distribution d’aides alimentaires, confections et distributions de masques … Les moyens ainsi mis en œuvre restent faibles et ne peuvent répondre aux besoins et à l’urgence de la situation.

 

En cette période de crise sanitaire, nous ne pouvons nous substituer au rôle et à l’obligation, que les pouvoirs publics se doivent d’assumer envers tous les citoyens de France. Aussi, nous demandons la mise en place urgente des mesures suivantes :

– Une généralisation de la distribution gratuite des masques et de gel à tous dans tous les foyers et résidences sociales.

– Un suivi médical et un dépistage pour tous ceux qui le demandent.

– Une application des mesures de distanciation physique dans les parties communes de vie dans les foyers. 

– Une amplification des campagnes d information et de prévention. 

– Une information des familles et des proches, (en France et aux pays d’origine) sur l’état des personnes hospitalisées ou décédées. 

– Des distributions d’aides alimentaires et produits de première nécessité.

 

Nous demandons également, pour les nombreux vieux migrants bloqués dans les pays d’origine, qui rencontrent de très nombreuses difficultés, que soient prises des mesures urgentes :

– Le rapatriement en France, de ceux et celles qui le souhaitent.

– L’accès aux médicaments et traitements dont ils ont besoin sur place.

– La suspension de tous contrôle par la CARSA, la CAF, la MSA, la CPAM, la caisse des dépôts et tous les autres organismes.

– La suspension des loyers des personnes bloquées à l étranger.

– La prise en charge des inhumations pour ceux dont le rapatriement du corps est impossible.

 

Atmf, 30 avril 2020

 

By

Vidéo – A la mémoire de Brahim Bouarram et de toutes les victimes de crimes racistes

A la mémoire de Brahim Bouarram et de toutes les victimes de crimes racistes

1er mai 1995 – 1er mai 2020

25 ans après…

Vidéo : Youtube

Vidéo : FB de l’Atmf

A la mémoire de Brahim Bouarram et de toutes les victimes de crimes racistes1er mai 1995 – 1er mai 202025 ans après…http://www.atmf.org/?p=7586

Publiée par ATMF Association des Travailleurs Maghrébins de France sur Vendredi 1 mai 2020

 

 Le communiqué : http://www.atmf.org/?p=7586

By

Nulle part de place pour le racisme, pour la violence policière non plus !

TROP C’EST TROP !

Les insultes racistes, le tabassage de la personne interpellée, lundi 27 avril, à l’Ile Saint Denis, n’est pas un fait isolé. C’est la réalité vécue par les citoyens de seconde zone, habitants et jeunesse des quartiers populaires, ceux dont un grand nombre continue, sans moyens de protection adéquats, à assurer nos besoins de première nécessité, mettant quotidiennement, leurs vies en jeu.

A la VIOLENCE de leurs conditions de vie,  se rajoutent la VIOLENCE des discriminations, la VIOLENCE des contrôles au faciès, la VIOLENCE des humiliations, des insultes, des injures racistes, la VIOLENCE des coups qui pleuvent à plusieurs, la VIOLENCE de la garde à vue et le début d’un dossier judiciaire. Tel, est le témoignage récurrent de ceux qui  dénoncent ces faits, sans qu’aucune crédibilité ne soit donnée à leur parole face à des détendeurs de l’autorité.

Au nom de faire respecter les mesures de confinement, de multiples exactions physiques et propos racistes, sont rapportés : Le 18 mars, à Asnières-sur-Seine, à Villeneuve-Saint-Georges puis à Ivry-sur-Seine, des policiers assènent des coups de poing à des jeunes ; à Grigny, des policiers en moto renversent un habitant , puis à Strasbourg , Sofiane, 19 ans, est tabassé, doigts dans les yeux, coups de poing, coups de rangers dans la tête ;  le 19 mars, à Aubervilliers, on a tiré au taser sur Ramatoulaye jeune maman de 19 ans ; le 23 mars , aux Ulis, en Essonne, Yassin, 30 ans reçoit des claques, de coups de crosse et de flashball dans la tête ; le 24 mars, au même endroit, Sofiane 21 ans,  est frappé violemment avec des coups de matraque télescopique, des coups de pieds ;  le 8 avril à Béziers, Mohamed Helmi Gebsi, 33 ans perd la vie; le 10 avril à St-Pierre-des-Corps, Mohamed, 26 ans, est passé à tabac ; le 18 avril un jeune en moto, percuté par la porte de la voiture de la police, a la jambe gravement blessée … Quelques exemples …

Les émeutes d’avril  comme celles d’avant, ont comme point commun, l’explosion d’une colère longtemps contenue suite aux brimades et au non droit, face auxquels la justice ne semble pas possible. . Brandir les  « antécédents » d’une personne ne peut justifier la violence et le racisme. L’émeute devient une réponse à l’écrasement, l’expression d’une dignité retrouvée, ne serait-ce que l’espace de quelques heures, et quelque soit le prix. C’est ce que revendiquent ces jeunes des quartiers populaires : le droit au droit, le droit à l’égalité de traitement, les pauvres comme tous les autres, en banlieue comme dans les centres villes.

 

Le racisme est un délit. Le racisme est une Violence. Le racisme et la violence constituent un double délit. Exercés par des policiers, des représentants de l’autorité, ils menacent les valeurs de la république. Nous réclamons la justice et non l’exemplarité. Nous exigeons la fin de l’impunité. Les policiers qui usent de leur pouvoir pour enfreindre la loi doivent être sanctionnés. Le recrutement et la formation au sein de la police doivent faire l’objet d’une approche respectueuse des droits des citoyens.

L’urgence sanitaire ne peut être un prétexte à l’établissement de l’état de non droit.  La contravention ne doit pas devenir un délit condamnant les quartiers populaires à la double peine.                                           

Paris, le 28 avril 2020

ATMF

By

A la mémoire de Brahim Bouarram et de toutes les victimes de crimes racistes

Ne pas oublier, pour ne pas effacer

Se souvenir pour prévenir

Se souvenir pour agir

Le devoir de mémoire

Le devoir de mémoire, 25 ans après, c’est au nom de Brahim BOUARRAM. Pour un faciès, il a été arraché à sa jeune vie. La haine raciste fomentée par le Front National, a armé les mains de ses assassins.

Le devoir de mémoire, 134 ans après, c’est au nom du premier mai. La date qui rappelle à chacun de nous, que le sang d’ouvriers a coulé, pour que nous jouissions de la journée de travail de huit heures. C’est également, le jour, où Brahim a été sacrifié, jeté à la Seine.

Le devoir de mémoire, 81 ans après, c’est au nom des milliers des victimes du nazisme. Parce que juifs ou parce que tziganes, ils ont été condamnés à l’horreur des camps d’extermination. C’est au nom de cette même logique de supposée suprématie d’une « race », que Brahim a été exécuté.

Le devoir de mémoire, 5 siècles après, C’est au nom des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, arrachés à leurs terres, à leurs familles et réduits à l’esclavage. Parce que noirs, ils l’ont été, rejoints aujourd’hui , par ceux qui tentent de traverser la méditerranée pour survivre. Morts et disparus, esclaves et migrants, Brahim a partagé leur sort.

Le devoir de mémoire, aujourd’hui encore, c’est au nom de toutes les victimes de la répression sociale et de la violence policière, citoyens de banlieues pauvres, précaires, sans domiciles fixes, et détenus des prisons de la honte. En temps de pandémie, Mohamed GABSI, à 33 ans, l’a payé de sa vie le 8 avril 2020, suite à une interpellation par la police municipale de Béziers. Le devoir de mémoire par temps de Coronavirus est de vider les Centres de Rétention Administratives (CRA) des migrants et réfugiés qui se retrouvent derrière les barreaux parce qu’ils sont sans papiers !!! C’est d’assurer à ces migrants et réfugiés victimes des politiques de pillage économiques des pays du Sud et des guerres inhumaines à travers la planète, un habitat digne au lieu qu’ils soient dans des taudis et des bidonvilles indignes de la 5ème puissance économique mondiale et le droit d’avoir accès à la santé et au travail comme l’ensemble de la population. C’est aussi et surtout l’obligation de régulariser tous les sans-papiers et de protéger particulièrement les mineurs et les femmes migrantes isolées victimes des trafiquants et des patrons voyous.

Le devoir de mémoire est devoir d’action.

Agir, pour démonter les discours qui fabriquent la peur de l’immigration et de ses enfants, enfants français, désignés comme le problème.

Agir, contre les discriminations aux droits fondamentaux, au logement, au travail, à l’éducation et à la santé. Agir contre la ségrégation, la relégation, la répression, les contrôles en tout genre. Agir contre la xénophobie, l’antisémitisme et l’islamophobie.

C’est agir pour que demain, tous les « Brahim » puissent se promener au bord de la Seine, sans craindre pour leur vie. C’est agir pour l’équité et la justice sociale.

En cette période de confinement nous ne pouvons nous rassembler sur le Pont Carrousel a la mémoire de Brahim BOUARRAM et toutes les victimes du racisme comme les autres années. Nous vous donnons rdv l’an prochain. Notre combat continue.

Premiers signataires

:ATMF, LDH, MRAP, CRLDHT,AFAPREDESA, IDD, FTCR, UTAC, AMDH Ile de France, ASDHOM, AMF, ACDA, AIDDA, ADTF, ATF, APCV,AFTURD ,Alliance Internationale des Habitants(Section Tunisie), CDCMIR, Copaf, Collectif Vérité et Justice pour ALI ZIRI, Collectif Interquartiers 49,Comité de vigilance pour la démocratie en Tunisie, CSP 92,CIBELE, GISTI, FASTI, Fondation Franz Fanon, FUIQP , Femmes Égalité, CEDETIM/IPAM, ACORT, Association Joussour de Citoyenneté, Le paria, La Revue d’Etudes Décoloniales, LTDH , Institut Mehdi Ben Barka – mémoire vivante, UJFP, DAL, Droit devant, Femmes Plurielles, REMCC, Association Arts et Cultures des deux rives, Tamaynut France, Union Syndicale Solidaires, , Sortir du colonialisme, Survie, Cordillera (Association Franco-Chilienne), Association contre le racisme(Suisse-France), PEPS, PIR, PCF,PCOF, Parti de Gauche, NPA, L’Union Communiste Libertaire, CNT-FTE, Association de la Diaspora Togolaise, Fédération Solidaires Etudiant-e-s

By

La police municipale de Béziers a arraché la vie à Mohamed GABSI

Ce mercredi 8 avril, Mohamed Helmi Gabsi, 33 ans, a été arraché à ses trois enfants et à sa famille. Il nous a quittés malgré lui, avec comme dernières images, des violences de policiers municipaux et ses appels de détresse.

Après un transport musclé, le poids d’un policier assis sur lui, face à terre, tout au long du trajet menant au commissariat, il expirera son dernier souffle. Pour qui allaient ses dernières pensées, alors qu’il sentait la vie l’abandonner ? Sans conteste à ses enfants. Ceux-là même qui auront pour unique lègue, l’histoire d’un père à qui une autorité publique a ôté la vie. Nous partageons profondément la douleur de sa famille.

Mohamed n’a pas mérité de mourir si jeune.

Mohamed n’a pas mérité de mourir de cette façon.

Mohamed n’a pas mérité de mourir pour cette raison, ne pas avoir respecté le confinement.

Mohamed n’a pas mérité de mourir, parce qu’il est pauvre, parce qu’il est SDF, parce qu’il a des antécédents.

Mohamed est un humain. Mohamed est un citoyen. A ce titre, le respect de sa vie lui était dû. 

« La sécurité, c’est la première preuve d’amour qu’on doit au peuple », a déclaré Robert Ménard, allié du Rassemblement National, Maire de Béziers, une des villes les plus pauvres de France. Il doit assumer la responsabilité d’avoir triplé et armé la police municipale.

Nous demandons justice, pour Mohamed, pour ses enfants et pour sa famille et amis. Nous les assurons de notre soutien inconditionnel.

Nous demandons justice, pour tous ceux qui sont stigmatisés, mal traités, réprimés et jetés à la vindicte de la haine raciale, pendant cette pandémie.                                                                                                                                                                                                                                                Paris 12 avril 2020

By

La répression, un choix structurel du pouvoir marocain

Liberté pour Omar RADI, journaliste d’investigation,

Liberté pour le You tubeur, Mohamed SEKKAKI « Moul Kasketa »

Liberté pour Abdelali BAHMAD, militant de KHENIFRA

Liberté pour le lycéen de Meknès

Liberté pour le rappeur LGNAWI

Liberté pour les militants du HIRAK

Liberté pour tous les détenus d’opinion

 

Une fois de plus, l’expression du journalisme libre et indépendant au Maroc est visée par des tentatives de bâillonnement, mais c’est sans compter avec la volonté de tous les braves du Maroc qui osent lever la tête et dénoncent ce que le peuple marocain ne veut plus encaisser. Omar fait partie de ceux-là. Ses enquêtes de terrain en tant que journaliste, mais aussi ses positions en tant que militant des droits humains, gênent.

Et c’est à ce titre là, qu’il est jugé et qu’il risque d’être privé de sa liberté.

Un cas qui s’ajoute à tant d’autres, et un cas qui comme pour tous les autres, appelle notre solidarité et soutien inconditionnels en tant qu’association concernée par ce qui se passe ici et là-bas.

 

Une fois de plus, c’est la devise de la répression ascendante, pour faire taire. Pour taire ceux qui dérangent, ceux qui écrivent, ceux qui pensent, ceux qui chantent le rap du peuple, ceux qui s’emparent des réseaux sociaux, ceux qui soulèvent les stades avec leurs chants contestataires, ceux qui se dressent pour réclamer les droits fondamentaux à la vie digne, à la justice sociale, à la liberté d’expression, à l’égalité et à l’équité, au droit de s’instruire, de se soigner, de se loger et de travailler, ceux qui condamnent la misère et l’enrichissement scandaleux, ceux qui ont porté le Hirak du RIF, de JRADA et de toutes les villes et régions du Maroc.

 

Nous appelons tous les esprits libres où qu’ils se trouvent à exiger la libération de tous les détenus d’opinion et des luttes sociales au Maroc.

 

Le Conseil d’Administration National de l’ATMF

Paris, le 28 décembre 2019

Atmf – La répression Omar Radi

 

By

Journée internationale des migrant-e-s 18 décembre

Nous, Collectifs de Sans-papiers et MigrantEs, Syndicats, Associations et Marche des Solidarités appelons à des manifestations et rassemblements dans tout le pays le 18 décembre à 18h à l’occasion de la Journée Internationale des MigrantEs.

Nous marcherons toutes et tous ensemble pour affirmer avec encore plus de vigueur : « Égaux. Égales, personne n’est illégal ».

Nous marcherons pour la ratification par la France de la « convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et ces membres de leur famille » adoptée par l’ONU le 18 décembre 1990 et qui vise à garantir l’égalité de traitement entre travailleurs et travailleuses frarçaisEs et immigréEs.

Nous marcherons pour stopper la montée des nationalismes, te développement du fascisme et de toutes les formes de racisme.

Nous marcherons en mémoire des dizaines de milliers de femmes. d’enfants et d’hommes mortEs sur les routes de la migration, victimes des frontières et des politiques meurtrières des gouvernements des pays les plus riches de la planète et de leurs complices.

Nous marcherons pour la liberté de circulation, pour la fin du système de Dublin, l’abandon de la Directive retour et la fermeture des centres de rétention.

Nous marcherons contre l’idée fausse que l’immigration crée du dumping social, pour la régularisation des sans-papiers et pour l’égalité des droits de toutes et tous.

Nous marcherons pour soutenir et amplifier les grèves et luttes des Sans-Papiers pour obtenir leur régularisation et la justice sociale.

A l’heure où le gouvernement annonce des mesures sans procèdent : immigration
« choisie » privation – pour les demandeurs d’asile – d’accès à la protection maladie pendant les trois premiers mois après le dépôt de leur demande, durcissement des conditions d’accès à l’Aide Médicale d’Etat (AME). Nous marcherons pou’ affirmer que l’égalité ne se discute pas, elle doit être mise en oeuvre, maintenant.

C’est la précarisation générale et la remise en cause des acquis sociaux par les politiques répressives et d’austérité menées par les gouvernements successifs. spécialement celui d’Emmanuel Macron. qui exacerbent les discours de haine, accroissent la pauvreté et le repli sur soi dans la population.

C’est en luttant ensemble que nous pourrons nous battre efficacement pour une société meilleure, solidaire et égalitaire.

 

Rendez-vous

  • Journée internationale des migrant-e-s 
    Le mercredi 18 décembre 2019 à 18h00 
    Place de la République – Paris

 


Liste des 130 premiers signataires :

CISPM, CSP 75, CSP 93, CSP 95, CSP Paris 1, CSP Paris 20, CSP Schaeffer d’Aubervilliers, CTSP Vitry, Droits Devant, Gilets Noirs en lutte, Syndicat des travailleurs-euses sans-papiers de Rennes

CGT, CNT, CNT-SO, Emancipation tendance intersyndicale, FSU, SAF, Union Syndicale Solidaires,

Accueil Réfugiés Bruz, Ah Bienvenue Clandestins, Artisans du monde 06, autremonde, Association Bagagérue, ACE 35, ACDA, ACORT, ACTIT, AdN, ADTF, Association embrunaise « Chemins Pluriels », AEFJN, AFD International, AFJD, AMDH Paris-IDF, AMF, APICED, ASIAD, ATMF, ATTAC, autremonde, Carré Geo & Environnement, Cedetim, Cent pour un pays d’Apt, Centre Anacaona Droits Humains Haïti, Citoyens Solidaires 06, Collectif Chabatz d’entrer de Limoges, Collectif Faty Koumba, CIVCR, Collectif Icare 05, Collectif La Chapelle Debout, Collectif Loire « Pour que personne ne dorme à la rue », Collectif MigrantEs Bienvenue 34, Collectif pour l’égalité des droits-Rive droite, Collectif Réfugiés de Vaucluse, Collectif de soutien de l’EHESS aux sans-papiers et aux migrant-es, Collectif Paris 20ème Solidaire avec tout-e-s les migrant-e-s, Collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri, Collectif vigilance pour les droits des étrangers Paris 12, Comité Adama, Comité Justice et Vérité pour Lamine Dieng, Coordination Iséroise de Solidarité avec les Etrangers Migrants, Copaf, CRID, CRIDEV, CRLDHT, D’ailleurs nous sommes d’ici Bas-Rhin, DECLIC-Femmes, D’Ici ou D’Ailleurs Rennes, DAL, DIEL, Emmaüs France, EGM, EGM Kayes-Mali, Extinction Rébellion Rennes, Fasti, FCPE 06, FTCR, Femmes Egalité, Femmes en lutte 93, Femmes Plurielles, Fondation Frantz Fanon, FUIQP, Gisti, Habitat et Citoyenneté, inFLEchir, Jarez Solidarités, L’Auberge des Migrants, LDH, Marche des Solidarités, MAN, Mouvement de la Paix, MRAP, Paris d’Exil, Planning Familial 06, Quartiers Nords Quartiers Forts, Québriac Migrants Solidarité, RESF, RESOME, REMCC, Réseau Foi et Justice Afrique Europe, Réseau IDD, Roya Citoyenne, RUSF Paris 1, RUSF Paris 8, Soutien Migrants collectif 06, Survie, Syndicat des Quartiers Populaires, TPC Maison Solidaire, UJFP, UTAC, United Migrants, Utopia, Vallées solidaires 06, WISE, ZSP18,

EELV, Ensemble, GAT Réfugiés migrants FI35, NPA, PCF, PCOF, PEPS, PG, PIR, SKB, UCL 77

 


By

La précarité tue là-bas et ici

De la Tunisie à la France « des droits de l’Homme »

On s’immole, de précarité

Anas l’a fait, à tout juste 22 ans

Etudiant, fils des banlieues en détresse

Une détresse partagée par tous les pauvres de France

Une même origine, le système politico-financier :

Résolument, « On n’est pas du même camp »

 

Pour les uns : une moyenne de 5 millions d’euros par an quand on est patron du CAC 40.

Pour les autres : des licenciements massifs, des indemnisations de misère contre des primes honteuses à leurs PDG.

Pour les uns : les cadeaux fiscaux et les allègements.

Pour les autres : plus d’efforts, plus de rigueur et une attaque planifiée de tous les acquis sociaux.

 

Avec 9,3 millions de personnes vivant en dessous du seuil de la pauvreté, 14,7% de la population, 200 000 Sans Domicile Fixe, la France d’en bas souffre. Elle s’est levée. Elle s’est soulevée, incarnée par le mouvement des Gilets jaunes, comme l’a fait avant lui et encore aujourd’hui, la jeunesse stigmatisée des banlieues délaissées.

 

Comme unique réponse les gouvernants opposent mépris, Flash Ball, grenades, tirs de LBD, mutilant et condamnant tous ceux qui osent s’opposer à leur dictat, choisissant définitivement le camp de la minorité riche.

 

20% des étudiants partagent le sort des damnés de la France Anas K. en fait partie. Il s’est immolé devant le CROUS accusant et désignant les coupables : «Si je vise le bâtiment du Crous à Lyon, ce n’est pas par hasard, je vise un lieu politique, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et par extension, le gouvernement».

 

Anas a voulu protester, dénoncer, mais emporté par son désespoir extrême, au prix de sa vie. Le même désespoir qui a mené au printemps arabe et à l’hiver français.

 

La précarité tue là-bas et ici. Sur la terre ferme comme en mer.

Elle a pour logique la délinquance antisociale et la violence étatique.

Elle a comme origine, la couleur du « bénéfice max ».

 

Pour Anas, pour tous les mutilés des Gilets jaunes, pour tous les réprimés des soulèvements populaires, pour tous ceux qui défendent leurs emplois, pour ceux qui n’en ont pas, pour ceux qui se battent pour leur survie, pour ceux qui résistent, pour nos enfants, pour nos jeunes, pour nos vieux,

 

Sans distinction aucune, Nous revendiquons :

Le droit à une vie digne

 

Le droit à l’universalité des droits effectifs :

Travail, Logement, Education, Santé, Transport, Revenus de vie et non de survie,

Liberté et Démocratie

 

Nous promettons d’être tous ensemble pour exiger :

le partage de ce qui nous appartient : nos richesses

 

RDV le 5 décembre 2019 pour une mobilisation nationale

 

By

Pour une manifestation massive contre l’Islamophobie – 10.11.2019 à Paris

« Celui qui ne sait pas est un imbécile, celui qui sait et ne dit rien est un criminel »

L’extraction de cette phrase de son contexte des années 1930 est à la fois difficile et juste, ajustée et légitime, par ces temps que la communauté musulmane ou de culture musulmane et ses soutiens traversent en France.

Nous adressons cet appel solennel et historique, pour nous, à tous ceux qui sont ou se sentent touchés par l’opprobre islamophobe dont le contenu et les buts sont aussi honteusement et clairement politiciens et électoralistes. Le temps de la manifestation dans les rues et l’occupation des places publiques est revenu. Le cri et la colère forment la seule réponse politique à la hauteur de la chape de terreur relayée par des intellectuels imposteurs, clonés par la «zémmourisation» médiatique des esprits.

C’est à nous toutes et tous de participer massivement à la manifestation du 10 novembre 2019 et aux mobilisations qui suivront. De ce point de vue moral et politique, indissociables, on n’a plus le droit de «suivre» les manifestations publiques confortablement assis devant les insultants plateaux de télé ou/et derrière les écrans des Smartphones.

Venez ! Revenez ! Pour dire notre refus à ce qu’une partie de la population de France soit livrée en curée sur la place publique. Pour continuer notre combat contre toutes les formes des discriminations, pour la justice sociale et l’égalité pour toutes et tous.

Ensemble, plus de que jamais, continuons nos luttes communes!

Rendez-vous dimanche 10 novembre 2019

13h30 Gare du Nord – Paris