Association des Travailleurs Maghrébins de France
10 rue Affre - 75018 Paris
01 42 55 91 82 national@atmf.org

By

Contre la complicité de la France avec les crimes de guerre commis Yémen

Rassemblement le 8 novembre à 18h, Esplanade des Invalides – Paris

 

Depuis 2015 la coalition menée par l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis bombarde le Yémen, affame les populations, et restreint l’accès de l’aide humanitaire. Depuis 2015, cette guerre qui sé déroule à huit clos dans un silence assourdissant a provoqué 10 à 50 000 morts selon les estimations. Un enfant meurt toutes les deux minutes par manque de nourriture ou de médicaments. L’ONU condamne depuis plusieurs mois des crimes de guerre, s’alarme d’une situation qualifiée de « pire crise humanitaire au monde » – qui touche en premier lieu femmes et enfants – et appelle à la mise en place de vrais corridors humanitaires.

La France fournit en quantité des armes et munitions utilisées par l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis. Le gouvernement français se refuse à faire cesser ces exportations. Contrairement à de nombreux autres gouvernements européens, qui se sont conformés aux appels du Parlement européen à un embargo sur les ventes d’armes aux Émirats et à l’Arabie Saoudite, et au Traité international sur le commerce des armes, qui interdit à ses signataires – dont la France fait partie – les exportations d’armes et de munitions dès lors qu’elles servent à commettre des crimes de guerre.

Les conditions d’exportation et d’utilisation des armements dans cette guerre ont suscités de nombreux débats parlementaires en Suède, aux Pays Bas, en Belgique, au Royaume Uni, en Allemagne… et même aux États-Unis. Mais en France, la demande de parlementaires issus de l’ensemble des forces politiques d’ouverture d’une enquête parlementaire reste sans suite depuis avril 2018. Le silence complice du gouvernement et sa volonté d’étouffer tout débat sont inacceptables.

A cet effet, en marge de la tenue d’une journée parlementaire consacrée à la guerre au Yémen le 8 novembre, et à quelques jours de l’organisation du forum sur la paix à Paris, le collectif Solidarité Yémen appelle à un rassemblement devant l’assemblée nationale pour :

  • Refuser que le gouvernement continue d’impliquer la France, en notre nom, dans des crimes de guerres, et demandons la fin de toute livraison d’armes et munitions à la coalition menée par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, de même que toute maintenance des chars, avions et autres matériels livrés à ces pays par la France ;
  • Exiger du gouvernement français de faire pression sur cette coalition pour l’arrêt immédiat des bombardements et autres attaques contre les populations civiles, les hôpitaux, les écoles et le patrimoine millénaire Yéménite classé patrimoine mondial.
  • Condamner l’application par cette coalition d’une stratégie de la famine, et exiger du gouvernement français de faire pression pour la levée du blocus et de toute entrave à l’acheminement de nourriture, fournitures médicales et carburant conformément au droit humanitaire et aux résolutions de l’ONU quant à l’accès des secours humanitaires à la population civile yéménite.

ACDA – AFD international  – ATMF -AIDL – ATTAC – CEDETIM –  Collectif ni Guerre ni état de guerre – CRLDHT – EELV –Ensemble – Femmes plurielles – Fondation Frantz Fanon – Forum Palestine Citoyenneté – FTCR – GDS – Génération.s – IPAM – Médecins du monde – MRAP – Nouvelle Donne – NPA- Observatoire des armements – PCF- PCOF – PIR – PRCF- PG – Salam for Yémen – Solidaires – SumOf US – Survie – UJFP

Collectif Solidarité Yémen

 

http://www.atmf.org/wp-content/uploads/2018/11/Tract-manif-Yemen-version-du-29102018_11h.docx

http://www.atmf.org/wp-content/uploads/2018/11/Appel-Yémen-avec-signatures-26-oct.pdf

 

By

Yémen : briser le silence et faire cesser les livraisons d’armes

Des associations et des personnalités dénoncent le silence complice du gouvernement français dans le conflit qui touche le Yémen depuis quatre ans.

© REUTERS – Créateur : KHALED ABDULLAH

La guerre civile au Yémen est devenue depuis 2015 une guerre internationale, avec notamment l’intervention des forces armées de la coalition menée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, dans les airs, sur terre et sur mer.

Plus que les combats, ce sont les attaques aériennes en particulier contre les civils et les infrastructures vitales, les hôpitaux, les marchés, les écoles, qui font des victimes par milliers. La misère gagne, la malnutrition progresse, les secours essentiels destinés à ces populations ne leur parviennent qu’insuffisamment et irrégulièrement, malgré les exhortations des Nations unies pour des « corridors humanitaires ». Les enfants sont les premières victimes de cette situation.

La France, comme d’autres pays, est un important fournisseur d’armes et de munitions qui sont utilisées dans la région, notamment par l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis. De telles exportations d’armes sont régies par le Traité international sur le commerce des armes (TCA) qui a force de loi dans notre pays depuis sa ratification par le Parlement français le 2 avril 2014. Il précise que de telles exportations d’armes ne peuvent avoir lieu si celles-ci servent à commettre des crimes de guerre, actes graves de violence contre les femmes et les enfants, ou à en faciliter la commission (article 7 du traité).

La situation au Yémen a provoqué, dans de nombreux pays exportateurs d’armes vers les belligérants des débats et enquêtes, parlementaires notamment, sur les conditions d’exportation et d’utilisation de ces armes, en Suède, aux Pays-Bas, en Belgique, au Royaume-Uni, en Allemagne… ainsi qu’aux États-Unis (non signataires du TCA). Le Parlement européen a voté une résolution dès novembre 2017 et s’est prononcé récemment pour la fin des transferts d’armement vers l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Un tel débat doit aussi avoir lieu en France. De nombreuses organisations non gouvernementales, dont les sections françaises d’Amnesty International, de Human Rights Watch et de Handicap International, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), Action contre la faim, etc., ont réclamé une commission d’enquête sur le respect des engagements internationaux de la France dans le cadre de ses exportations d’armes aux belligérants du conflit au Yémen. Une telle commission a été demandée par des dizaines de parlementaires de toutes opinions depuis avril 2018 (résolution 856). Il n’a jusqu’à présent, pas été fait droit à leur demande, si ce n’est sous la forme très limitée d’une mission d’enquête.

Le groupe d’expert mandaté par l’ONU sur la violation des droits de l’homme au Yémen a rendu un rapport en septembre 2018 évoquant des crimes de guerre. Au terme de l’article 7-7 du TCA, la France se doit de réexaminer ses autorisations d’exportations d’armes et de munitions qui pourraient contribuer à ces crimes, en particulier aux Émirats arabes unis et à l’Arabie saoudite. Qu’en est-il ?

Nous dénonçons le silence complice du gouvernement français. Nous demandons que la France conformément au dernier vote du Parlement Européen et au TCA, en toute indépendance, cesse toute livraison d’armes aux belligérants, de même que toute maintenance des chars, avions et autres matériels livrés à ces pays par la France.

Nous exigeons qu’une enquête parlementaire soit ouverte quant à l’implication possible de soldats français dans le conflit.

Contre l’application par les belligérants d’une stratégie de la famine, nous demandons au gouvernement français de faire pression sur les belligérants pour qu’ils respectent les résolutions de l’ONU quant à l’accès des secours humanitaires aux populations concernées, pour qu’ils cessent les combats et ouvrent des négociations immédiates.

Organisations signataires :

ACDA – AFD international – ATMF – AIDL – Attac – Cedetim – Collectif ni Guerre ni état de guerre – EELV –Ensemble – Femmes plurielles – Fondation Frantz Fanon – Forum Palestine Citoyenneté – FTCR – GDS – Génération.s – IPAM – Médecins du monde – MRAP – Nouvelle donne – NPA- Observatoire des armements – PCF- PCOF – PIR – PRCF- PG – Salam for Yémen – Solidaires – SumOf US – Survie – UJFP

Signatures personnelles :

Pierre Barbancey Grand reporter à l’Humanité – Edwy Plenel Journaliste – Jean-Paul Chagnollaud Professeur émérite des universités – Denis Sieffert Journaliste – Alain Gresh Directeur du journal Orient XXI – Étienne Balibar – Pouria Amirshahi directeur de Politis – Daniel Mermet journaliste écrivain – Bernard Dreano président du Cedetim – Kaddour Hadadi (HK) Musicien – Gilbert Achcar Professor of Development Studies and International Relations -SOAS -Catherine Samary économiste – Franck Gaudichaud, enseignant-chercheur, Université Grenoble Alpes- Alain Massé Ancien directeur Radio France- Sébastien Nadot député LREM – François Burgat IREMAM Aix-en-Provence – Rony Brauman Ex-président de MSF – Ludivine Bantigny Historienne – Patrick Viveret, Marie Christine Vergiat Députée européenne, Gérard Filoche GDS – Pierre Khalfa, économiste membre de la Fondation Copernic – Tarek Benhiba Président de la FTCRClaude Touchefeu Conseillère municipale de Toulouse, GDS, Jean-Yves Lalanne Maire de Billère 64, GDS, Francis Sitel (E), Roland Merieux (E), Michel Bock maire adjoint honoraire de Guyancourt, Frederic Brun, Nabil En-nasri Chercheur, Olivier le Cour Grandmaison Universitaire, Abderrahim Afarki Bibliothécaire, Abraham Behar Président de l’Association française des méde-cins pour la prévention de la guerre nucléaire, Abraham Behar Président de l’Association française des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire, Pierre Khalfa Fondation Copernic, Tarek Ben Hiba FTCR, Monseigneur Jacques Gaillot, Christine Poupin Porte-parole du NPA, David Cormand Secrétaire national EELV, Lana Sadeq Presidente du forum Palestine Citoyenneté, Noha Khalaf Historienne, Annie Lahmer Conseillère régionale EELV, Marie-Claude Simeone-Senelle Directrice de recherche émérite au CNRS, Pascal Durand Dé-puté européen, Anne Regourd – Chercheuse CNRS, Gérard Mordillat Ecri-vain, Jean-Luc Lecoq Commission affaires étrangères de l’assemblée nationale, Olivier Besancenot NPA, Sonia Dayan Herzbrun Professeure émérite à l’Université Paris Diderot-Paris 7, Judith Bernard Journaliste, Stathis Kouvélakis Profes-seur en philosophie politique au King’s College de Londres, Philippe Gorcuff Enseignant-chercheur, Gustave Massiah Militant altermondialiste, Magali San-sonetti Gestionnaire CNRS Ivry, Jeanne Zerner Administratrice CNRS Ivry, Tahar Meddour CNRS Choisy le roi, Christian Chanard Informaticien CNRS Vil-lejuif, Claude Rilly Chercheur CNRS Villejuif, Mouhieddine Cherbib CRLDHT, Philippe Lamberts Député européen, Bodil Valero Députée euro-péenne, Sadek AlSaar Président Salam for Yémen, Claire Monod Conseillère régionale, Yves Contassot Conseiller de Paris, Dalal Abu Saud Kleiche Ingé-nieure pédagogique e-lea rning, Renée Le Mignot Coprésidente du MRAP – Michèle Sibony UJFP – Abdelmajid Mrari Directeur région MENA AFD Interna-tional – Alima Boumediane Avocate et ancienne parlementaire – Martha Mundy Anthropologue

By

SOLIDARITE  AVEC  LA  PALESTINE

DE  GAZA  A  JERUSALEM

SOLIDARITE  AVEC  LA  PALESTINE

 

MANIFESTATION  DIMANCHE  17  DECEMBRE  2017

15H00  DEPART  DE  CHATELET

VERS  L’AMBASSADE  DES  ETATS  UNIS

 

 

Cent ans après la déclaration Balfour, par laquelle l’empire britannique promettait aux sionistes l’instauration d’un foyer national juif en Palestine, l’empire des Etats-Unis d’Amérique déclare unilatéralement Jérusalem – Al Qods, capitale de l’Etat colonial Israël.

 

Comme il y a 100 ans, une puissance impérialiste donne une terre qui ne lui appartient pas à une entité coloniale. Cette décision ne bafoue pas seulement le droit et la justice comme en 1917, mais elle entérine et amplifie un processus de colonisation et de nettoyage ethnique et religieux qui vise à expulser les habitants non juifs de Jérusalem. Il faut rappeler que dans le plan de partage injuste de l’ONU le 29 novembre 1947 (résolution n°181), Jérusalem a un statut séparé des deux Etats préconisés. Malgré cela, les sionistes occupent en 1948 la partie ouest de la ville. Ils commencent alors un vaste plan de construction de colonies de peuplement. Lors de l’occupation en 1967, Israël occupe la partie Est de la ville, qui comprends les lieux saints des trois religions monothéistes. Mais la politique de colonisation continue avec la construction de nouvelles colonies comme Maalé Adoumim…. En 1980, Jérusalem (Est et Ouest) est annexée et est déclarée par l’entité coloniale comme sa capitale. Jusqu’à aujourd’hui, la colonisation continue quartier par quartier, maison par maison conduite par les colons avec l’aide de l’armée d’occupation.

 

Encore une fois, c’est le peuple palestinien qui paye le prix de cette volonté impérialiste :

Du blocus meurtrier imposé à Gaza et à ses deux millions d’habitants avec des attaques meurtrières (2008/2009 – 2012 – 2014), à la colonisation qui se poursuit dans toute la Palestine, à la répression , la prison et la torture qui n’épargnent même pas les enfants. Malgré tout, le peuple palestinien résiste sur sa terre et revendique son droit au retour dans ses foyers d’origines et son droit à l’instauration d’un Etat indépendant avec Jérusalem pour capitale.

 

La France doit non seulement arrêter sa coopération avec Israël, mais elle doit aussi sanctionner cet Etat colonial pour tous les crimes de guerre qu’il commet.

 

Vive la résistance du peuple palestinien

Soutien à la campagne BDS – Boycott, Désinvestissement, Sanctions

 

 

 

A l’initiative de la coordination des associations palestiniennes ; Association de Palestiniens en Ile de France, GUPS, Forum Citoyenneté Palestine, Comité pour les droits de l’Homme en Palestine,

 

Associations signataires : BDS France Paris, Le Parti Communiste des Ouvriers de France, Union Juive Française pour la Paix, Capjpo EuroPalestine, Femmes Egalité, Association Marocaine des Droits Humains ( AMDH Paris/IDF), La Voie Démocratique Europe, L’Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF), La Coordination des Organisations Démocratiques Marocaines de France :- Association de Défense des Droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM -France)- Forum Marocain pour la Vérité et la Justice (FMVJ-France)- Fédération des Association des Marocains en France (AMF)- Association TAMAYNUT (France) – Rassemblement IFNI AIT BAAMRANE- Forum citoyen Solidarité des Marocains en Europe- La Voie Démocratique (Région Europe)- Le Parti d’Avant Garde Démocratique Socialiste (PADS-Europe)- Association Interculturelle pour la Laïcité, l’Égalité et la Solidarité avec les Femmes du Maroc (AILES-femmes du Maroc)- Association des parents et amis des disparus au Maroc– APADM- Association TIDI – France- Collectif international pour défendre les victimes de la mafia immobilière et de la délimitation forestière, l’association AlGhadir, Le Parti Socialiste Unifié (PSU-France), le Nouveau Parti Anticapitaliste – NPA, L’Union des organisations islamiques de France – UOIF, Union des Etudiants Musulmans, Parti des Patriotes Démocrates unifiée -France (PPDU-France ) ,

 

By

Non, Netanyahou n’est pas le bienvenu ni à Paris ni à Bruxelles !

Rassemblement pour dénoncer cette venue scandaleuse le 9 décembre à 14H sur la place de la République

Le Président Trump vient de céder aux revendications anciennes des autorités israéliennes et des groupes de pressions sionistes chrétiens étatsuniens en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël et en annonçant le transfert de son ambassade. Autant de décisions illégales au regard du Droit international.

Le Président Macron a qualifié de « regrettable » cette décision et a rappelé que « la question du statut de Jérusalem devra être réglée dans le cadre des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens ».

L’Union européenne, par la voix de Federica Mogherini, a mis en garde contre les graves répercussions que cette décision pourrait entraîner.
Mais alors pourquoi accueillir le criminel de guerre Netanyahou le 10 décembre à Paris et le 11 décembre à Bruxelles ?
Dans un tel contexte, recevoir à Paris Netanyahu le 10 décembre, et à Bruxelles le 11 , constitue un gage d’acceptation de cette reconnaissance qu’il revendique depuis toujours. Une véritable provocation.

Le premier Ministre du gouvernement israélien qui poursuit une occupation meurtrière, une colonisation acharnée, interdit l’entrée de parlementaires francais, intensifie les arrestations de militant-e-s de droits de l’Homme tel que Salah Hamouri, la député palestinienne Khalida Jarrar, et des centaines d’autres résistant-e-s Palestiniens, continue ​les bombardements et l’étranglement de la population de Gaza n’est pas le bienvenue en France, sa place est au tribunal international de la Haye sur le banc des accusés pour crimes de guerre.

Rassemblement pour dénoncer cette venue scandaleuse le 9 décembre à 14H sur la place de la République

Premiers signataires : ATMF – AURDIP – BDS FRANCE Paris – Collectif Montreuil Palestine – Collectif Ivryen pour la Palestine – CVRPRO – FTCR- NPA, PIR – SOLIDAIRES – SORTIR DU COLONIALISME- UJFP …

By

Solidarité et Liberté pour les prisonniers palestiniens en grève de la faim illimitée

Environ 1500 détenus palestiniens dans les prisons sionistes israéliennes ont entamé lundi 17 avril 2017 une grève de la faim collective et illimitée, inédite depuis des années. Cette grève est lancée à l’occasion des célébrations de « la journée des prisonniers », observée chaque année par les Palestiniens depuis plus de 40 ans.

 L’administration pénitentiaire coloniale a confisqué tous les biens qui se trouvaient dans les cellules des grévistes et a commencé à transférer certains d’entre eux vers d’autres prisons. Actuellement, plus de 6.500 Palestiniens, dont 62 femmes et 300 mineurs (garçons et filles), sont emprisonnés par Israël.

 Environ 500 d’entre eux sont sous le régime extra-judiciaire de la détention administrative qui permet une incarcération sans procès ni inculpation. En outre, 13 députés palestiniens, de différents partis politiques, sont emprisonnés. Cette grève, comme les précédentes vise à mettre fin aux abus de l’administration pénitentiaire d’occupation. Les prisonniers palestiniens souffrent de torture, de traitements dégradants et inhumains et de négligence médicale, certains ont été tués en détention.

 Israël a établi un système judiciaire à deux vitesses, l’un garantissant une impunité pour les Israéliens ayant commis des crimes contre des Palestiniens et l’autre criminalisant la présence de la résistance palestinienne.

 Notre soutien aux prisonniers palestiniens est politique, parce qu’ils sont avant tout des militants politiques qui ont sacrifiés leurs vie pour la cause palestinienne, les droits universels quelle porte et sa résistance. Rappelons que parmi ces droits, il y a celui d’établir un Etat indépendant avec sa capitale Al Qods ainsi que le droit au retour sur leur terre et dans leurs foyers d’origines pour tous les réfugiés expulsés depuis 1948.

Nos associations signataires, appellent les associations, organisations ainsi que tous les citoyens à soutenir les grévistes jusqu’à l’obtention de leurs revendications et à se joindre à notre appel.

 

Solidarité et Liberté pour les prisonniers palestiniens

Soutien à la campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël

Vive la Palestine libre

Grand Rassemblement SAMEDI  29 AVRIL  2017

De 15h30 à 17h30

Place de la République – Paris – Métro République

Premiers Signataires : Association de Palestiniens en Ile de France, Union Générale des Etudiants de Palestine, Forum Palestine Citoyenneté, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Palestine, International Solidarity Movement – France, Fédération des agences internationales pour le développement -AIDE FÉDÉRATION, association Femmes Egalité, Association des Familles des Prisonniers et Disparus Sahraouis, Union Juive Française pour la Paix (UJFP), Comité « La Courneuve-Palestine », « PIR- Parti des indigènes de la République », CAPJIPO – EuroPalestine, Solidaire 09, Le Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Union d’associations et institutions palestiniennes en France ALJALIYA, Jacques Gaillot, Évêque – Président de l’association « Droits devant », Abna Philistine, Nanterre Palestine, Mouvement Ensemble, Nouveau Parti Anticapitaliste – NPA, Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah (CLGIA), Association des Travailleurs Maghrébin en France (ATMF), Association des Marocains en France (AMF), Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF), Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (ACORI), Confédération Nationale du Travail (CNT), Collectif Trop c’est trop, Parti des Patriotes Démocrates Unifié – France, Le réseau des villes Marwan Barghouti, Front Populaire Tunisie – France Nord, Comité en défense des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT), 

By

Oui, après six ans, le peuple syrien réclame toujours la liberté!


DSC_3300
 

Le peuple syrien aspire aux mêmes valeurs que les Français : liberté, démocratie et dignité
Le régime  du dictateur Assad :
  • Emprisonne un citoyen toutes les 4 minutes
  • Blesse un citoyen toutes les 10 minutes
  • Fait disparaître un citoyen toutes les 13 minutes
  • Tue un citoyen toutes les 15 minutes
  • Tue 8 enfants par jour
  • Tue 4 citoyens sous la torture
Si Assad continue de massacrer le peuple syrien c’est grâce à ses soutiens : Poutine et Khameneiet aussi au silence des dirigeants occidentaux !
Pas d’impunité pour les responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité
L’association Alsace-Syrie & l’ATMF ont organisé un rassemblement , le samedi 18 mars 2017, à Strasbourg, Place Kléber, afin de  manifester leur solidarité avec le peuple syrien qui se bat pour sa dignité et à dénoncer les crimes atroces commis en Syrie depuis le début de la révolution. 
Avec le soutien de :
Amnesty International Alsace ; IJAN International Jewish Antizionist Network ; UJFP-Alsace Union Juive Française pour la Paix
Contacts:
– Alsace-Syrie : alsace.syrie@gmail.com – www.alsace-syrie.fr – www.facebook.com/Alsace.Syrie – 06.12.11.11.22
 DSC_3327
DSC_3328

Affiche manifestation 6ème anniversaire. 18.03.17 v3

By

Festival du Printemps de la Palestine

affiche-oranges5reduit

Spectacles / Expositions / Concerts / Débats / Films / Repas

Du 18 mars au 1er avril 2017

à Nancy, Tomblaine, Vandœuvre et Villers

 

Remarque : le graff ci-dessus a été réalisé par des artistes durant le Printemps de la Palestine 2016

L’objectif du festival est de faire connaître au public de l’agglomération nancéienne, la culture palestinienne, l’histoire et la réalité d’un peuple à travers les formes d’expression les plus diverses : cinéma, théâtre, musique, expositions, graffs, conférences, cirque, gastronomie et rencontres.

Comme les années précédentes, cette septième édition est le fruit du travail d’un collectif auquel participent dix associations : AFPS (Association France Palestine Solidarité), Alé Hope, ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France), CLID (Centre lorrain d’information pour le développement), CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement), MAN (Mouvement pour une alternative non-violente), REPONSE, Secours Catholique-Caritas France, UAVJ (Une autre voix juive) et UJFP ( Union Juive Française pour la Paix).

Le festival est aussi soutenu par différentes collectivités locales : les mairies de Nancy, Tomblaine, Vandœuvre et Villers, le Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle, le Conseil Régional du Grand Est. Il s’effectue en partenariat avec le cinéma Caméo, le Centre Culturel André Malraux, l’Institut Culturel Franco-Palestinien, la MJC Etoile et Politis

 

By

CAMPAGNE du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens

APPEL
Le Collectif National pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens soutient l’appel à des sanctions contre Israël jusqu’à ce qu’il applique le droit international et les principes universels des droits de l’Homme.
Le Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens s’est attaché depuis sa fondation à organiser les mobilisations unitaires pour le respect du droit international et en solidarité avec le peuple palestinien, relayant en France les voix des acteurs engagés pour la paix et la justice.
Notre collectif s’est ainsi engagé dans la campagne palestinienne contre le Mur d’annexion israélien et pour la suspension des accords d’association Union Européenne / Israël.
Quatre ans après l’avis de la Cour Internationale de Justice qui proclame l’illégalité du Mur et de la colonisation, force est de constater que nos gouvernements n’ont pas pris les mesures nécessaires pour contraindre l’Etat d’Israël à se plier au droit international. En refusant de reconnaître le droit à un Etat pour le peuple palestinien et en accentuant la colonisation de territoires illégalement occupés, en construisant un mur au-delà de la ligne verte reconnue internationalement, avec pour effet d’annexer de nouveaux territoires appartenant à la Palestine, en maintenant les entraves qui limitent gravement le droit de circulation des Palestiniens, en refusant de reconnaître le droit au retour des réfugiés palestiniens, en discriminant gravement les droits démocratiques des citoyens palestiniens d’Israël, en interdisant tout développement économique, en se rendant coupable à Gaza de crimes de guerre contre toute une population civile, déjà assiégée, appauvrie, et affamée depuis des mois par un blocus illégal, Israël s’enfonce toujours plus avant dans le déni de tous droits au peuple palestinien, en toute impunité.
C’est pourquoi le Collectif National pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, comme de nombreuses organisations à travers le monde, soutient la demande de la société civile et politique palestinienne pour que des sanctions soient appliquées à Israël, dans le cadre de l’initiative non-violente Boycott, Désinvestissement, Sanctions, jusqu’à ce qu’il respecte le droit international et les principes universels des droits de l’Homme.
Le Collectif National pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens s’engage à intensifier ses efforts pour relayer l’initiative prise par la société civile palestinienne et lui donner une traduction concrète dans ses actions. Le Collectif National appelle toutes les organisations engagées pour le respect du Droit international et la paix à rejoindre et à relayer ses revendications, tant que le droit international est bafoué :
– Boycott des produits israéliens car ils ne respectent pas les normes de traçabilité permettant de distinguer les produits en provenance des colonies illégales d’Israël dans les territoires palestiniens occupés
– Désinvestissements des entreprises étrangères tirant profit de l’occupation et de la colonisation
– Sanctions contre Israël, et en particulier suspension des accords d’association UE / Israël tant que les droits de l’Homme sont bafoués, arrêt de la coopération militaire France / Israël, embargo sur les ventes d’armes à Israël
Le Collectif National appelle toutes les organisations à mener des campagnes de mobilisation pédagogiques conservant un caractère citoyen et non violent.

Informations et contact : bds@collectif-paix-juste-palestine.org

 

BDS CNPJDPI 2010 4 pages_Page_1

BDS CNPJDPI 2010 4 pages_Page_2

BDS CNPJDPI 2010 4 pages_Page_3BDS CNPJDPI 2010 
BDS CNPJDPI 2010 4 pages_Page_4

By

Cercle de solidarité avec les populations civiles d’Alep et de Syrie

Devant la situation terrible que vivent les populations d’Alep nous vous invitons à nous rejoindre, nombreux, au «Cercle de solidarité avec les populations civiles d’Alep et de Syrie »

ATMF section du  Bas-Rhin et l’association Alsace – Syrie ont  organisé un rassemblement à la place de la Gare-Strasbourg  le 17 décembre 2016  afin de  manifester leur solidarité avec le peuple syrien et dénonce l ‘horreur du drame humanitaire qui se déroule sous nos yeux.

*Retour de la presse :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/bas-rhin/strasbourg-0/strasbourg-manifestation-soutien-aux-civils-alep-1157427.

htmlhttp://www.20minutes.fr/strasbourg/1981807-20161216-strasbourg-deux-rassemblements-soutien-habitants-alep-syrie-week-endhttp://la-feuille-de-chou.fr/archives/91969

http://www.lalsace.fr/actualite/2016/12/17/600-personnes-ont-defile-pour-les-civils-d-alep

https://www.francebleu.fr/infos/societe/600-personnes-etaient-rassemblees-strasbourg-ce-samedi-pour-soutenir-le-peuple-syrien-1481996989

http://www.dna.fr/edition-de-strasbourg/2016/12/18/plusieurs-centaines-pour-soutenir-alep

Rassemblement en solidarité avec le peuple syrien samedi

http://www.dna.fr/edition-de-strasbourg/2016/12/16/drame-d-alep-rassemblement-samedi-place-de-la-gare

http://www.dna.fr/politique/2016/12/17/drame-d-alep-rassemblement-aujourd-hui-place-de-la-gare

 

 

 

1 2 3 10 4 5 6 7 9 33

By

ALEP-SYRIE – Rassemblement samedi 17 décembre 2016 à 15h30 devant la gare de Strasbourg

Devant la situation terrible que vivent les populations d’Alep nous vous invitons à nous rejoindre, nombreux, au  

 
«Cercle de solidarité avec les populations civiles d’Alep et de Syrie »
 
pour manifester notre solidarité avec le peuple syrien
 et

dire notre horreur du drame humanitaire qui se déroule sous nos yeux.

Samedi 17 décembre 2016 à 15h30
Place de la Gare – Strasbourg

Venez avec des bougies, lampes torches, torches et panneaux blancs (stop…)

Soyons nombreux
Soyons solidaires
Montrons au peuple de Syrie qu’il n’est pas oublié

—————-
Rassemblement organisé par l’Association Alsace – Syrie & l’Atmf Section du Bas-Rhin

Contacts :
alsace.syrie@gmail.com

atmf.strasbourg@gmail.comalep-tract-17-12-2016-p1

alep-tract-17-12-2016alep-tract-17-12-2016-p2