Association des Travailleurs Maghrébins de France
10 rue Affre - 75018 Paris
01 42 55 91 82 national@atmf.org

By

Toujours solidaires avec les lycéennes et les lycéens menacés d’expulsion !

Après des années d’études souvent remarquables malgré des conditions de vie difficiles,dans les établissements de Côte d’Or, Montchapet, Castel, Hypolite Fontaine, les Marcs d’Or, Simone Weil , Antoine Antoine et d’autres à Dijon, des lycéen-nes étranger-es restent menacé-es d’expulsion de France.

Nous avons été plusieurs centaines à venir les soutenir le 22 mars dernier.

La préfecture n’a pas voulu ce jour là donner de réponses concrètes et maintient les menaces d’expulsion sous les prétextes les plus divers (documents manquants, conditions d’entrée… ) sans que rien ne leur soit reproché sur leur comportement en France.

Renvoyer ces jeunes, venu-es seuls ou avec leurs familles pour fuir dictatures, guerres, misère, serait un gâchis humain, un gâchis de tout ce que la société et eux mêmes ont investi, et une grave mise en danger pour certain-es d’entre eux !

Camarades de classe, parents d’élèves, personnels de l’enseignement, éducateurs et éducatrices restent mobilisés pour les défendre.

Nous avons obtenu une nouvelle rencontre avec la préfecture le lundi 10 avril.

Venons encore plus nombreux les soutenir, obtenir qu’ils restent parmi nous : 

 Rassemblement lundi 10 avril 2017 à partir de 15h30 devant la préfecture.

 

Les lycéens solidaires

Collectif de soutien aux demandeurs d’asile et migrants: ACAT Dijon / Action Catholique Ouvrière /AFRANE/ AGIRabcd 21/Amis de la Confédération Paysanne/ Amnesty International Dijon /Association des Paralysés de France/ ATTAC 21 / ATMF Dijon / CFDT 21 / CGT 21 / Club Unesco Dijon / CCFD Terre Solidaire / CLCV / CNT 21 /Confédération Paysanne/ CSF / Espace Autogéré des Tanneries / Euphorbe en Illabakan / FCPE / FSU 21 / LVN personnalistes et citoyens / Ligue des Droits de l’Homme / MAN /Mouvement de la Paix/ MRAP / Pastorale des Migrants / RESF 21 / SAF / SOS Refoulement / SOS racisme / Solidaires / Solidarité afghane / UJFP / Tends la Main / Urgence Solidaire.

 

By

Onze procès en cours pour aide (bénévole) aux étrangers ! Non au délit de solidarité

Onze procès en cours pour aide (bénévole) aux étrangers !

Non à l’intimidation recherchée ! Oui à la solidarité !

 

Nombre de citoyens ont été émus par « l’affaire » Cédric Herrou, ce militant de la solidarité, dans la vallée de la Roya, contigüe à la frontière italienne, qui a accueilli des réfugiés/migrants alors que l’Etat qui le poursuit, les refoule ou les expulse et n’est pas complètement innocent de la situation régnant dans un certain nombre de pays qui contraint au départ leurs résidents même avec les énormes risques courus.

 

Il avait été pourtant décidé qu’il n’y aurait plus de « délit de solidarité ». Mais si la nouvelle loi élargit les clauses d’immunité, elle laisse possible d’utiliser ses lacunes. En fermant les frontières et en réprimant l’aide bénévole sous prétexte de combattre passeurs et trafiquants divers s’enrichissant sur la misère du monde, elle ne fait que rendre l’accès « normal » encore plus difficile au grand bénéfice de ceux qui prospèrent justement de ce fait.

 

Nombre d’associations et de militants en actions quotidiennes de soutien suppléent aux carences de l ‘Etat qui ne se donne même pas les moyens d’appliquer ses propres lois en faveur des demandeurs d’asile ou de la protection de l’enfance en danger.

 

Ainsi des associations et militants ont décidé de réagir nationalement:

  • en organisant, la veille du procès concernant Cédric, des manifestations de solidarité dans tout le pays;
  • en affirmant leur complicité avec lui et tous les militants actuellement poursuivis;
  • et en exigeant l’abrogation totale du « délit de solidarité » (pas simplement pour le séjour, mais aussi pour l’accueil et la circulation), pour les aidants qui le font gratuitement.

 

Rappel : l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 proclame le droit à la libre circulation et au libre établissement.

 

A Dijon, rendez-vous pour une chaîne humaine

Place François Rude (dite du Bareuzai)

Jeudi 9 février 2017, à 18h

 

 

Collectif Soutien Demandeurs d’Asile et Migrants composé des associations locales : ACAT, ACO, Afrane, AGIRabcd, Amnesty International, ATMF, ATTAC, CCFD-Terre Solidaire, CFDT, CGT, Clubs UNESCO, CNT, CSF, Espace autogéré des Tanneries, Euphorbe en Illabakan, FCPE, FSU, La Vie Nouvelle-Personnalistes et Citoyens, LDH, MRAP, Pastorale des Migrants, RESF (Réseau Education Sans Frontières), Solidarité Afghane, SOS Refoulement, Syndicat des Avocats de France, Tends la Main,  UJFP , Union Syndicale Solidaires, Urgence Solidaire.

 

Appel à rassemblement – aTMF dIJON

By

A Dijon comme à Calais, l’expulsion ne sera jamais une solution

Alors que la trêve d’hiver touche à sa fin, appel à mobilisation pour ne laisser personne à la rue !

Mardi 05 avril l
A Calais, des centaines de personnes migrantes, fuyant différentes formes d’oppression, ont vu leur abri de fortune auto-construit rasé. L’État s’entête dans une gestion sécuritaire et insupportable des flux migratoires et des frontières.
A Dijon, de nombreux.ses locataires risquent d’être expulsé.es de leur logement avec pour seule conséquence plus de précarité. Pourtant, des milliers de logements restent vacants dans l’agglomération. De la même manière, les procédures d’expulsions des Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA) sont relancées.

A Dijon encore, les dizaines de personnes migrantes occupant un bâtiment dans la zone nord de la ville sont elles aussi menacées. Bien que le lieu ne soit pas juridiquement expulsable (le commandement de quitter les lieux n’ayant pas été délivré) et qu’il n’y ait aucun projet pour ces locaux, les habitant.es risquent d’être expulsé.es sans qu’aucune solution stable d’hébergement ne leur soit proposée.

Parce que chacun.e a droit à un toit, et ce tout au long de l’année. Parce qu’on ne vit pas mieux à la rue au printemps ou en été. Nous appelons les personnes solidaires à venir manifester et à protester contre toutes les tentatives d’expulsion le mardi 05 avril à 18h place du Bareuzai.

Le droit au logement pour toutes et tous n’est pas négociable !
Les expulsions et les destructions des lieux de vie ne seront jamais une solution !
En cas d’expulsion du squat de migrant.es de la rue Reggio, rassemblement le soir même à 18h devant la préfecture.

Signataires :
ACAT Dijon / Action Catholique Ouvrière / Afrane Bourgogne / AMDH / Amnesty International / ATMF / ATTAC 21 / AgirABCD / CFDT 21/ CGT 21 / Club Unesco Dijon / CCFD Terre Solidaire / CNT 21 / CSF / Espace Autogéré des Tanneries / Euphorbe en Illabakan / Fraternité de St François d’Assise / FSU 21 / La Vie Nouvelle / Ligue des Droits de l’Homme / MAN / MRAP / Pastorale des Migrants / RESF 21 /SOS Racisme/ SOS Refoulement /Syndicat de la Magistrature / Solidaires 21 / UFJP / Urgence Solidaire

 

Mardi 05 avril

 

Mardi 05 avril dijon

By

Conférence à Dijon : « peut-on imaginer un monde sans migrations ? »

CaptureLogo
Peut-on imaginer un monde sans migrations ?

* Migrants, réfugiés, demandeurs d’asile en Europe, un afflux exceptionnel ?
* L’accueil, un droit, un défi ?, un devoir ?, une évidence ?
* Migrants fuyant les guerres ou la misère, migrants climatiques… : quelles sont les réalités des migrations dans le monde et plus particulièrement en direction de l’Europe ? 
* En quoi les personnes étrangères sont une chance ? 
* Pour quelles raisons l’avenir de l’Humanité sera nécessairement ouvert sur le monde et solidaire ? 
* Comment rendre effectif le droit d’asile dans notre pays ? 
* Pourquoi l’égalité d’accès au logement, à la nourriture, à l’école, aux soins, à une existence décente pour tous les êtres humains présents sur notre territoire est-elle possible et nécessaire ? 
* Comment les citoyen-nes peuvent-ils agir ? 

jeudi 17 décembre à 20h – 
Mairie annexe des Grésilles 
6 avenue des Grésilles 
21000 Dijon. 



avec la participation de Catherine Wihtol de Wenden, 
Directrice de recherche au CNRS, politologue, juriste et enseignante à Sciences Po, spécialiste des migrations internationales.

(Entrée libre et gratuite).

 
Organisé par le Collectif droit d’asile-migrants : ACAT Dijon / Action Catholique Ouvrière / Afrane Bourgogne / Amnesty International / ATTAC 21 / AGIRabcd / ATMF Dijon / CFDT 21/ CGT 21 / Club Unesco Dijon / CCFD Terre Solidaire / CNT 21 / CSF / Espace Autogéré des Tanneries / Euphorbe en Illabakan /FCPE/ FSU 21/ La Vie Nouvelle / Ligue des Droits de l’Homme/MAN / MRAP / Pastorale des Migrants / RESF 21 / SOS Refoulement / Sud Santé /UJFP/ Tends la Main / Urgence Solidaire

By

Conférence de presse de l’ATMF Dijon : stop aux expulsions des demandeurs d’asile !

Capture4
Une décision de justice vient d’être rendue, sans audition des intéressés : une centaine de demandeurs d’asile risquent d’être expulsés à Dijon. Un recours est en cours et le Collectif Droit d’asile Migrants, dont fait partie l’ATMF Dijon, organise une conférence de presse à ce sujet
Le mercredi 8 juillet à 18h
Au 4, rue des Reggio à Dijon. 
Collectif droit d’asile-migrants : ACAT Dijon / Action Catholique Ouvrière /  Afrane Bourgogne / Amnesty International / ATTAC 21 / AGIRabcd / ATMF Dijon/ CFDT 21/ CGT 21 / Club Unesco Dijon / CCFD Terre Solidaire / CNT 21 / CSF / Espace Autogéré des Tanneries / Euphorbe en Illabakan /FCPE/ FSU 21/ La Vie Nouvelle / Ligue des Droits de l’Homme/MAN / MRAP / Pastorale des Migrants / RESF 21 / SOS Refoulement / Sud Santé /UJFP/ Tends la Main / Urgence Solidaire
Source : Gazette Infos

UNE CENTAINE DE DEMANDEURS D’ASILE POURRAIENT ÊTRE EXPULSÉS DE LEUR SQUAT

« Branle-bas de combat au sein du Collectif droit d’asile-migrants*. « Nous venons d’apprendre qu’un jugement d’expulsion a été rendu à l’encontre d’une petite centaine de demandeurs d’asile, réfugiés et personnes en situation irrégulière », indique Paul Garrigues, membre du collectif. Des gens évacués le 8 avril de l’immeuble de l’Unédic situé rue René Coty qui ont trouvé refuge 4 impasse de Reggio, en face de E. Leclerc et Ikea, dans les anciens locaux des Restaurants du cœur inoccupés depuis des années. « Nous entretenons pourtant des rapports courtois avec le propriétaire qui,loin d’être hostile, reconnait le drame humain vécu par ces Erythréens et ces Soudanais, souligne le bénévole. Je pense qu’on lui a forcé la main alors qu’à cet endroit ils ne gênent personne. »

 L’avocat du collectif a fait opposition au jugement afin de suspense son exécution. « Nous voulons que toutes les parties prenantes, les habitants, le propriétaire et le Grand Dijon se retrouvent autour d’une table pour discuter », conclut Paul Garrigues. »